lundi 27 novembre 2017

"La honte de Judas" un article négationiste de Xaver Valla, ex-président de l'Association contre la mutilation des enfants




La honte de Judas

Qui oserait croire un seul instant que Judas puisse avoir honte de quoi que ce soit ? Personne ? Détrompez-vous. Le mensuel juif Passages prétend apporter la preuve que Judas peut avoir honte. Regardez bien la photo de la couverture, essayez de deviner en quoi consiste la supercherie. Prenez garde, la question est moins simple qu'il n'y paraît. Après réflexion, et alors seulement, lisez cet article.

A la page 19 du numéro de Passages de mai 1989 figure cette photo dans la rubrique « Idées ». Ni légende, ni mention d'une agence de presse. Pourquoi ? Parce que cette photo se passe de légende ou bien parce qu'aucune légende n'a paru satisfaisante aux responsables de cette publication ? Parce que cette photo ne serait, en réalité, que le produit d'une mise en scène concoctée par et pour Passages ? Mais alors, dans quel but ?
D'abord, récapitulons vos premières impressions et les considérations que vous avez pu faire.

1° Sans conteste, le plus bizarre est que pendant cette circoncision la personne qui semble être la mère de l'enfant continue à lui donner le biberon.
2° La présence de la personne qui se tient sur le pas de la porte dans la pénombre, qui est de type juif et qui pourrait être la grand-mère, intrigue.
3° Le mohel semble se préparer à étirer le prépuce avant de l'exciser. Ce qui donne à penser que la mère se tiendrait le visage à deux mains plus par appréhension que par effroi, puisque l'opération n'en serait qu'à son début. En effet, la séparation du prépuce de la peau du gland est douloureuse pour le bébé qui, s'il souffrait, crierait et ne pourrait conserver le biberon dans sa bouche. Mais comme tel n'est pas le cas, le bébé ne souffrirait pas encore et la mère n'éprouverait qu'appréhension. Elle aurait honte de la blessure qu'elle va faire subir à son enfant. Seulement, elle le ferait pour son dieu, auquel elle sacrifierait son fils.
4° La pièce où se déroule la mutilation laisse songeur. Elle ressemble à une chambre d'hôpital et est pratiquement vide. Ce qui contredit ce qu'on sait du martyre juif des nouveau-nés, qui se déroule dans une ambiance de fête, en famille et devant les amis. En tout cas, pratiquement jamais dans une pièce de ce genre.
Dans ces conditions, ne serait-ce qu'en considération de ces quelques éléments d'inter­prétation, il n'est pas exclu qu'il s'agisse là d'une mise en scène. Mais dans quel but ?


La vie parisienne

Avant de s'interroger plus avant, il paraît souhaitable de rappeler quelques données de l'actualité parisienne. La diffusion du dernier tract de l'Aigle noir intitulé « Ciel, mon prépuce !» a été massive à Paris. Ce texte a marqué nombre de jeunes juifs, dont les avis sont partagés. Du coup, les autorités du lobby élu redoutent à certains égards presque plus encore les ravages que cause la diffusion de cette feuille que ceux dus à la destruction du mythe des chambres à gaz. D'autant plus que les récents succès de l'Association contre la Mutilation des Enfants (voir le Journal Officiel du 19 avril) leur laissent présager le pire.
Pourtant, en ce qui concerne l'AME, il semble bien qu'ils aient tort de se faire du mouron, car cette association est des plus modérées. Ses membres ne parlent que de scientificité, ils dénoncent principalement les opérations chirurgicales des enfants pouvant être plus ou moins abusives, pour raison de gros sous, comme l'appendicectomie, l'amygdalectomie et l'amygdalotomie. Ils ne prononcent même pas le mot circoncision. Ils se contentent de faire allusion aux « excisions et autres... » mutilations.
De deux choses l'une, ou bien les animateurs de l'AME veulent passer leur vie dans leurs pantoufles, ou bien ils auraient pu fonder cette association afin de dérouter les gens désireux de combattre simultanément l'excision des petites filles et des petits garçons.
Ce qui est dommage, car en France les histoires de circoncision et de prépuce éveillent la sensibilité des gens, comme on a pu le constater, par exemple, à la lecture des publications holocaustiques Article 31 et Politis, ou encore lors du dernier procès d'Alain Guionnet (le 18 mai) quand le substitut, après la plaidoirie de M` Delcroix, a repris la parole pour dire d'une voix mal assurée :« Mais vous savez, contrairement à ce qu'a l'air de penser M' Delcroix, je suis personnellement contre la circoncision. »
Voilà pourquoi on ne saurait valablement interpréter la photo publiée par Passages qu'en considération des dégâts irréparables provoqués par sa rapacité l'Aigle noir, qui se trouve épaulée dans son action par une bonne demi-douzaine de gens âgés de 22 à 34 ans.

La honte des hontes

Dans ce contexte, le principal but des responsables de Passages aurait été, en publiant cette photo, de représenter le désarroi, voire la honte, de la mère qui fait couper son enfant.
Seulement, il y a un hic, donnant à penser qu'il se pourrait que cette photo ne soit qu'un trucage. En effet, les mères, goys ou juives, sont plus favorables à la circoncision de leurs enfants que leurs maris. Ce qui est manifeste aux Etats-Unis où 58,7 % des nouveau-nés étaient encore coupés en 1987, et où c'est dans les magazines féminins qu'on trouve le plus de textes de propagande, prétendument médicale, en faveur de la circoncision. Ce qui est également observable dans quasiment tous les pays où est fréquemment opérée cette mutilation. Mais cela n'est guère vraiment étonnant. Après tout, la circoncision rend l'homme plus phallocrate et fidèle à sa femme quand cette dernière est en âge de féconder, puis elle rend le mari plus vite impuissant avec l'âge.

Aussi les femmes se réjouissent-elles plus souvent que les hommes à la pensée de faire couper leur enfant. D'autant plus que dans les couples dont l'homme est coupé il arrive souvent que, passés les temps phallocratiques, le matriarcat finisse par s'imposer. Ce qui, en tout cas, laisse songeur quant à la réalité de la honte affichée par la mère juive sur la photo.
D'où la nécessité d'envisager une autre hypothèse. Supposons qu'il ne s'agisse pas de honte des hontes correspondant à une honte suprême, mais bien plutôt d'une affirmation qui apparaîtrait en filigrane : « Il est honteux d'avoir honte de faire couper son enfant. »
D'ailleurs, le numéro de Passages de janvier 1989 a eu le mérite d'annoncer la couleur, quand un journaliste a interrogé une juive française née en Roumanie, qui dit: « j'ai toujours eu pour les zizis non circoncis la même répulsion que pour les serpents. Comme si c'étaient des gens malades. » A l'entendre, les non circoncis sont des malades et tout le monde devrait être coupé. Plus loin, page 19, le fond de la question est ainsi résumé par Michel Munz : « Le propre des relations entre un juif et une goy c'est l'absence d'engagement de la part du juif. Parler de sexe lui évite de construire une véritable relation amoureuse. D'ailleurs on m'a toujours recommandé de ne jamais épouser une goy. Ça c'est un truc insupportable ! »
Au moins en janvier ce périodique avait le mérite d'être clair. Mais depuis, que d'ambiguïtés et d'équivoques ! Pourtant le fond du message est identique. A bien y regarder, cette photo est susceptible de deux interprétations ; celle du non initié, qui est censé se dire : « quel cruel dilemme que la circoncision pour les juifs », et celle du juif averti, qui pense: « quel bon coup Passages a joué aux goys, ils vont tous tomber dans le panneau ! »
Forcément, tout goy est censé voir dans le juif le peuple martyr. Dès lors, pourquoi ne pas en rajouter en mettant en scène la circoncision juive - qui est très différente de celle dite de routine ou prétendument médicale, de sorte qu'aux martyres des pogroms, à celui de la solution finale, s'ajoute celui des nouveau-nés.
Seulement, comme souvent, par souci de vouloir bien faire les choses, les responsables de ce mensuel en ont trop fait. Il y a trop d'invraisemblances dans le spectacle qu'ils ont monté. A un point tel que le lecteur goy peut en arriver à ne pas être dupe - ce qui, à n'en pas douter, est un comble.
D'ailleurs, Passages a avoué son imposture, en ne donnant pas de légende à cette photo et en la publiant dans une page où aucun texte n'évoque cette mutilation.
Il est vrai que pareil procédé présente des avantages pratiques. Que peut-on imaginer de mieux adapté que d'éliminer toute trace pouvant permettre de découvrir le trucage ? En cela, ils s'imaginent sans doute s'inspirer de leur expérience de l'histoire : « Mais bien sûr, l'extermination des juifs a eu lieu, seulement les nazis en ont effacé toutes les traces. »
Eh oui, sans traces, comment prouver que ce document photographique est un faux monté de toutes pièces ? Même la glace qui se trouve au fond de la chambre ne nous éclaire en rien. A ceci près qu'on peut croire, en la regardant, que la mère tient dans sa main le bras du coupeur de verge.

Xavier Valla
ARTICLES LIES

mardi 10 octobre 2017

Publication au journal officiel de la création de l'Association contre la mutilation des enfants

C'est la troisième en partant du bas dans la colonne de droite 



La fiche établie par le service des associations de la préfecture de Boulogne montre que
le premier président et fondateur de l'A.M.E. était le fameux néo-nazi Alain Guionnet


samedi 9 septembre 2017

L'Association contre la mutilation des enfants (50 bd Jean Jaurès, 92100 Boulogne) est une officine de l'extrême-droite

Cette série d'articles le montre :

"L'A.M.E., une bande de néo-nazis"
https://www.academia.edu/33897927/LA.M.E._NOCIRC-FRANCE_une_bande_de_ne_o-nazis

"L'association contre la mutilation des enfants, un antisémitisme masqué"
https://www.academia.edu/34109593/Lassociation_contre_la_mutilation_des_enfants_un_antis%C3%A9mitisme_masqu%C3%A9

"Honte aux racistes révisionistes de l'A.M.E."
https://www.academia.edu/4088074/Honte_aux_racistes_r%C3%A9visionnistes_de_lA.M.E._mis_%C3%A0_jour_16.07.2017_

"La circoncision, antigoyisme ou judéophobie ? L'A.M.E. et Soral contre Reyes et Zagdanski"
https://www.academia.edu/4088080/La_circoncision_antigoyisme_ou_jud%C3%A9ophobie_LA.M.E._et_Soral_contre_Reyes_et_Zagdanski_hauts_de_forme_contre_chapeaux_melons_rouges_contre_gris_mis_%C3%A0_jour_13.07.2017_

"Michel Erlich, REVISION et l'A.M.E., "cet antisémitisme délirant, in "Circoncision, excision et racisme"
https://www.academia.edu/8737949/Michel_Erlich_REVISION_et_lA.M.E._cet_antis%C3%A9mitisme_d%C3%A9lirant_in_Circoncision_excision_et_racisme_

"Liste des articles de Gérard Zwang dans Éléments, la revue de la nouvelle droite"
https://www.academia.edu/8770896/Liste_des_articles_de_G%C3%A9rard_Zwang_dans_%C3%89l%C3%A9ments_la_revue_de_la_Nouvelle_droite_


jeudi 7 septembre 2017